Creamgrip et DKL, les grips qui n’usent pas les skateshoes

Révolution dans le monde du skate ou coup d’épée dans l’eau ? Creamgrip, une société basque espagnole (à quelques centaines de mètres de la frontière française proche d’Hendaye) a inventé un grip non abrasif qui n’abîme pas les chaussures et qui aurait les mêmes capacités qu’un grip conventionnel ! De l’autre côté de l’atlantique c’est DKL qui révolutionne le grip en utilisant de la gomme plutôt que des grains abrasifs pour accrocher !

grip en rouleau

Un rouleau de grip traditionnel prêt à être appliqué sur une board neuve

Pour rappel, le grip est traditionnellement composé de petit grains de sables collés sur un plastique transparent. Il permet de bien accrocher à la planche, de claquer des ollies et fait partie des pièces incontournables sur toutes les planches même si certains longboards et cruisers n’en ont pas ou n’en ont que partiellement.

Creamgrip

Pour conserver les même propriétés que le grip habituel, le creamgrip se compose d’un adhésif que l’on colle sur la board sur lequel se trouve un film « cream formula » et le revêtement noir parsemé de croisillons de moins d’1mm en contact direct avec les pieds. Pour faire une analogie, c’est un peu le même revêtement que sur les raquettes de ping-pong. Le creamgrip ne bulle pas, peut être changé de board et ne s’use pas. Les doigts et les chaussures sont préservées. Ça c’est la promesse.

Est-ce que le produit tient bien ses promesses en conditions réelles de pratique ?

  • L’adhérence est bonne mais différente d’un grip standard : il faut prendre le temps de s’habituer ;
  • Visuellement, le rendu est le même sur la board (ce n’est pas le gros bout de plastique mou et adhérent que l’on retrouve dans certains sports aquatiques) ;
  • Le produit salit les chaussures ;
  • Le grip est un peu épais ;
  • Le produit accroche quand même moins bien qu’un vrai grip ;
  • Si mal coupé (il faut couper en biseau), il se décolle des bords de la planche ;
  • Pour une pratique quotidienne de skate de figure, c’est quand même pas l’idéal.

Verdict : bien pour une pratique occasionnelle. Bien sur les cruisers et les longboards. Bien pour skater pieds nus. Pas idéal pour faire des figures.

DKL

Du côté de DKL, la promesse c’est de proposer un grip n’use pas les shoes de skate. Car économiser ses skateshoes est une problématique qu’a chaque pratiquant. Lancée en 2016 via un projet de crowdfunding, le grip non destructeur sort alors des labos. L’idée a été d’utiliser de la gomme plutôt que du papier de verre : les propriétés physiques sont similaires mais il n’y a pas de destruction de matière au contact. Mêmes sensations, mêmes accroche, même friction.

Et en pratique, quels sont les retours du terrain ?

  • La livraison en France (et en Europe) coûte bien plus chère donc le fabricant propose un pack de 5 grips plutôt qu’un seul (auquel il faut déclarer et rajouter les frais de douane) ;
  • En plus d’appliquer le grip, il faut limer légèrement pour éviter qu’il ne se décolle. C’est important et ça nécessite une opération plus minutieuse qu’avec un grip classique. En gros, on coupe 2 fois le grip et il faut bien s’assurer qu’il y a une marge d’au moins 6mm à l’intérieur de la board. Lorsque le tail et le nose s’usent, il faut ajuster le grip de façon à maintenir cette marge ;
  • Il faut bien faire attention aux trous autours des vis et ne pas hésiter à découper proprement un cercle de la même taille de la vis pour éviter les torsions et la formation de bulle ;
  • L’expérience du grippage de board est moins agréable ;
  • Ça accroche mais différemment. Il faut s’habituer ;
  • Mouillé, ça glisse beaucoup ! Mais bon, skater sous la pluie, ce n’est pas l’idéal.

Verdict. OK pour skater en street, park et courbe. Idéal avec de belles chaussures neuves qu’on ne veut pas abîmer. Malgré tout, il y a un temps d’adaptation incompressible et une méticulosité particulière à avoir lors de la pose du grip.

Les grips traditionnels MOB accrochent beaucoup. Les grips Jessup moins. Les grips DKL ressemblent plus aux grips Jessup. Donc suivant les préférences personnelles de chacun, passer à un grip non abrasif peut être une expérience très différente. Enfin, et c’est là encore complètement une histoire de goût personnel, le grip non abrasif fait un peu « teck deck » ou « snow skate ». Ça peut en effrayer plus d’un et entraîner un rejet de principe avant d’avoir vraiment tester…

Vous êtes ici : Accueil > Équipement > Grip > Creamgrip et DKL, les grips qui n’usent pas les skateshoes

Nettoyer un grip sale

Nettoyer un grip sale

Un grip sale n’empêche pas de skater, c’est vrai mais avec un grip propre c’est quand même plus sympa et plus agréable.

Découper le grip pour réaliser un motif

Découper le grip pour réaliser un motif

Découper son grip pour faire des motifs et laisser apparaître le premier pli de sa planche de skate. La méthode facile pour décorer son skate expliquée pas à pas.

Poser un grip

Poser un grip

Pour éviter les plis, les erreurs de coupes et les bulles, voici la méthode pour poser un grip sur une planche de skate.

Grip de magasin de bricolage

Grip de magasin de bricolage

Et si on achetait du grip ailleurs qu’au skateshop ? Retour d’expérience afin d’éviter de reproduire les mêmes boulettes.

Décoller un ancien grip

Décoller un ancien grip

Comment enlever un grip sans galérer ? Facile grâce à ce truc que chacun peut réaliser depuis chez soi.

Pin It on Pinterest

Share This