Boardslide

C’est une des premières figures de glisse que l’on apprend. Non pas parce qu’elle est facile mais parce qu’elle ne fait pas très peur. Le Bs boardslide ou tout simplement boardslide est cependant le slide le plus simple avec un truck de chaque côté de l’obstacle.

Bs boardslide en skate

Boardslide sur un rail de skatepark

Cette figure est accessible après quelques semaines ou mois de pratique et se réalise aussi bien sur les rails que sur les murets. La plupart des débutants l’essaieront sur un curb mais préféreront finalement réaliser sur une barre car c’est ainsi qu’elle est la plus facile et la plus agréable.

Comment apprendre le boarslide en skateboard ?

Le boardslide impose de maîtriser le ollie et de savoir le claquer suffisamment haut afin de passer les roues avant par dessus l’obstacle. Il faut aussi être suffisamment à l’aise et sur de son ollie pour s’engager pleinement et avec un minimum de vitesse. Maîtriser le 180 front est un bon point de départ. Le boarslide pas à pas se décompose ainsi :

  1. Arriver presque parallèle à la barre de slide avec suffisamment de vitesse pour rouler une dizaine de mètres derrière l’obstacle. Les pieds doivent être en position de ollie ;
  2. Lorsque le skate est à environ 1 ou 1/2 planche de la barre, tourner les épaules en direction de la barre ;
  3. Claquer le ollie et finaliser la rotation de 90 degrés engagée par les épaules à l’étape précédente ;
  4. Il faut passer les roues avant par dessus la barre puis plaquer – en douceur – et bien en équilibre le milieu de la planche sur la barre ;
  5. Une fois la planche posée, le corps doit se situé bien au-dessus de la barre, en équilibre et légèrement sur l’arrière ;
  6. Si tout va bien, la planche glisse et le skate reste bien à plat au dessus de la barre ;
  7. La sortie se fait « comme on peut » soit en marche avant, soit en marche arrière en fonction de la position du corps et des restes de la rotation initiale. Si bien calé, un petit coup d’épaule en fin de slide permet de choisir le sens de sortie.

Particularités du boarslide

  • Il faut de la vitesse. Comme pour tous les slides, il vaut mieux avoir trop que pas assez de vitesse. Avec trop peu de vitesse, le risque est de bloquer la planche et de se faire éjecter sur l’avant. Avec trop de vitesse, au pire, la planche glisse vers l’avant et le skateur atterrit sur ses pieds derrière le skate.
  • L’équilibre est le cœur de cette figure. La difficulté consiste à se poser bien à plat et bien stable. C’est pour cela que le ollie doit être bien maîtrisé. Un ollie approximatif rajoute de la difficulté inutile. Au contraire, un ollie franc et propre permet de viser et de positionner à la fois sa planche et ses pieds aux endroits souhaités.
  • En boardslide, l’équilibre se fait sur un seul point d’appui à la différences des slides plus faciles que sont les nose slide et 50-50. L’équilibre est donc plus précaire et les erreurs sont sanctionnées à tous les coups.
  • Apprendre le boarslide sur un muret est plus difficile que sur un rail car les roues avant peuvent coincer. Il faut donc un module sur lequel les roues vont glisser. L’équilibre est aussi légèrement différent et le corps est penché : il faut donc forcer pour ne pas glisser du côté des roues arrières.

Trucs et astuces pour le boarslide

  • Sur un rail carré ou rectangulaire, il est possible de s’entraîner à l’équilibre du boardslide en posant son skate en équilibre et en sautant dessus à pied. Ça permet surtout de juger l’équilibre nécessaire.
  • Ensuite, il est possible de tester le même exercice mais en courant avant de sauter sur sa board.  Ça permet alors de glisser (et de se faire quelques frayeurs).
  • Sur les rails ronds, il n’est pas possible de simuler cette figure sauf à la tester en caveman (courir planche à la main, sauter sur la board et atterrir en position de slide – attention, c’est casse-gueule).
  • Pour mieux maîtriser sa position en boardslide, il est préférable de claquer un bon ollie et de se poser avec la rotation entièrement faite. Une erreur fréquente consiste à commencer le slide et à continuer à tourner pendant le slide. Ça rend l’équilibre plus difficile et les sorties moins pratiques.
  • Il vaut mieux lancer le boardslide tôt et atterrir au moins 1m avant la fin du rail. Une erreur typique de débutant est de se poser en boarslide sur les 30 derniers centimètres : ça fait peut-être moins peur mais il n’y a pas la sensation de glisse et c’est plus compliqué car il faut tout enchaîner.
  • Attention à la barre : elle est peut être glissante un jour et accrocher le jour suivant. Ou bien être waxée sur une portion et ne pas du tout glisser sur une autre portion. Avant de faire un slide, placer la planche sur la barre pour vérifier comment ça glisse.
  • Lorsque la planche atterrit sur la barre, il ne faut pas mettre tout son poids. Il ne faut pas non plus claquer un trop gros ollie. Étant donné que tout le poids est concentré sur une petite surface, le boardslide peut être fatal pour la planche. Toujours atterrir en « douceur ».

Progresser avec le boarslide

  • Le plus fun est de faire des boardslide avec de plus en plus de vitesse ;
  • On peut aussi s’amuser à faire des boarslides les plus longs possibles ;
  • Mais aussi faire des boarslides les plus lents possibles ;
  • Apprendre à sortir en marche avant ou marche arrière (fakie) se contrôle. Sur les rails plats, peu importe. Sur les rails en descente, la sortie en avant est plus facile.
  • Essayer le boarslide sur un rail de plus en plus haut est aussi un bon exercice ;
  • Tester le boardslide sur un muret ou un banc ;
  • On peut aussi tester le boarslide sur module (en haut d’une table sur le plat) ou encore faire un « touch » et simplement frôler le rail ;
  • Et pourquoi pas ne pas tenter en Fs boardslide ;
  • En fin de boarslide, en plus des sorties en marche avant ou marche arrière, le skateur peut impulser une rotation à sa planche et sortir en varial (la planche tourne, pas le skateur) ;
  • Enfin, réaliser un boarslide sur un rail en descente est l’étape ultime de difficulté. Je ne parle pas des possibilités de réalisations de figures avant le boardslide (le flip notamment) qui ne sont plus du tout de niveau débutant.

Vous êtes ici : Accueil > Figures > Curb et rail > Boardslide

Fs boardslide

Fs boardslide

Le frontside boardslide est plus difficile que son homologue en backside mais il est aussi plus joli lorsque correctement exécuté. À la portée de n’importe quel skateur ayant quelques mois de skate dans les pattes, c’est un des incontournables du skate moderne. 

Nose slide

Nose slide

Le nose slide est un des slides les plus faciles à faire en skateboard. Il consiste à glisser sur le nose de la planche sur un obstacle glissant. Particulièrement stable, il ne nécessite pas énormément d’équilibre et peut même se faire sans ollie.

50-50 Grind

50-50 Grind

Il s’agit d’un des premiers grinds que les skateurs apprennent. Il est simple et particulièrement stable. Le 50-50 grind (fifty fifty grind) est le grind le plus basique. Il consiste à poser ses 2 trucks sur l’arête à grinder (ou le rail peu importe).

Slides et grinds sans ollie

Slides et grinds sans ollie

Pas besoin de ollie pour s’amuser en skateboard et commencer à faire des grinds et des slides. 3 techniques de base à utiliser pour s’initier à ces figures et découvrir les équilibres précaires des slides.

Pin It on Pinterest

Share This